Galanyi
ACCUEIL  >  ACTUALITE  >  Massacre du stade : les victimes exigent la clôture de l’instruction judiciaire avant le 28 septembre
Massacre du stade : les victimes exigent la clôture de l’instruction judiciaire avant le 28 septembre

2017/7/29

 





Paris, Conakry, le 28 juillet 2017 – A l’issue d’une mission internationale, quatre organisations de défense des droits humains et de défense des victimes appellent les autorités guinéennes à clôturer au plus vite l'information judiciaire sur l’affaire du 28 septembre 2009 au stade de Conakry. Parties civiles, elles demandent à ce que cette clôture ait lieu avant le 8ème anniversaire du massacre, afin de permettre la tenue rapide d’un procès emblématique et trop longuement attendu.





Le 28 septembre 2009, au moins 156 personnes ont été tuées et 109 femmes violées lorsque des militaires de la junte au pouvoir ont attaqué le meeting de l'opposition tenu au Stade de Conakry. Bien que qualifié de "crime contre l'humanité" par la commission d'enquête des Nations Unies, ce massacre n'a donné lieu à aucun procès, près de huit ans après les faits.



Lors de leur mission de plaidoyer du 24 au 28 juillet 2017, quatre organisations guinéennes et internationale ont rencontré les autorités judiciaires et politiques guinéennes pour leur rappeler l’urgence et l’importance de clôturer dans les plus brefs délais l’instruction judiciaire ouverte depuis février 2010.



Pour ces associations, parties civiles à l’affaire et représentant près de 450 victimes, les derniers actes à poser dans l’instruction, notamment les confrontations entre Toumba Diakité et d’autres personnes inculpées dans le dossier, ne sauraient empêcher la clôture de l’instruction avant le 28 septembre 2017.



« L’instruction judiciaire est aujourd’hui suffisamment complète pour clôturer le dossier au plus vite et ouvrir le procès au plus tard au début de l’année 2018, comme s’y est à nouveau engagé le ministre de la Justice, Cheick Sako, lors de notre rencontre » a déclaré Abdoul Gadiry Diallo, président de l’OGDH.



Pendant la mission, les consultations menées avec les victimes ont permis de montrer l’urgence de la tenue d’un tel procès, alors que nombre d’entre elles sont déjà décédées et que les autres souffrent des séquelles des violences exercées par les forces de sécurité pour réprimer la manifestation le 28 septembre 2009.



« L’État guinéen doit répondre à l’attente de justice exprimée par les victimes. Le procès doit se tenir dans les meilleurs délais afin de leur permettre de tourner enfin cette page oh combien douloureuse et faire leur deuil » a déclaré Madame Asmaou Diallo, présidente de l’Association des victimes, parents et amis du 28 septembre.

 
 



Articles les plus lus

FAUSSE VIRGINITÉ: DES SÉNÉGALAISES USENT DES PRODUITS POUR RÉTRÉCIR LE VAGIN

Ramadan:6 conseils pour jeûner sans danger pour la santé

Résultat des enseignants à la Fonction publique : les revendications continuent

Sport Football: Ibrahima Traoré élu meilleur joueur de Stuttgart, en Allemagne

ELHADJ MAMADOU SALIOU CAMARA : Quand la rétractation devient plus haïssable que la dénonciation

PARTENAIRES
Espace FM Guinee

kibarounews.com

Le Guepard

Poptrafic.com

rosaweb.com

NOUS CONTACTER
ACTUALITE
SPORT / CULTURE
OPINIONS
INTERNATIONAL
PHOTOS
PARTENAIRES
NOUS CONTACTER

Le site Galanyi.com est édité par Yamoussa Sidibe - Conakry, Guinée. Nous vous souhaitons une agréable visite sur son site!



Privé - Espace Clients  Ajouter un article Actualités  Ajouter une dépêche  Ajouter une Palabre  Hotline Rosaweb